Les curiosités de Rainette

Suivez moi sur facebook

Le dernier Article est juste en dessous ;)

 

Pour un peu plus de réactivité et de news, n'hésitez pas à venir me faire un coucou sur la page Facebook: Les Curiosités de Rainette

www.facebook.com/pages/Les-Curiosités-de-Rainette/255677594507019

A bientot!!!

 

Plus je communique, plus je crée....  alors venez me causer ;)

Posté par Lorainette à 17:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


20 février 2016

Bientôt de retour

Juste quelques mots pour vous dire que j'ai bien l'intention de revenir.
Quelques jours de vacances, une belle fête, des visites ont jalonné ces derniers jours mais je reprends mon rythme bientôt!
Je corrige la nouvelle et je couds
Et aussi.... Toujours sur Fyctia.com!

Posté par Lorainette à 12:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 février 2016

Atelier d'écriture partie 1

Je n'ai pas lâché les loisirs créatifs, j'avance doucement. En attendant, j'ai commencé à écrire notre histoire, grâce aux suggestions que vous m'avez faites. Notamment MArtine et ELLE, que je remercie pour leur intérêt. N'hésitez pas à donner quelques éléments pour une suite dans les prochains jours.

Source: Externe

Vous m'avez proposé un texte que j'ai gardé, j'ai juste fait quelques modifications car on était parti sur une petite fille qui raconte, j'avais donc commencé à parler à la première personne. Je dois avouer, que je ne suis pas coutumière de la chose. 

Dites moi si je suis crédible, si vous pensez qu'il y a des choses à corriger. 

Lancer des pistes pour la suite.

j'espère que ça vous plaira.

 

J'en profite pour vous dire que je participe à un concours sur Fyctia.com, rubrique New Romance.

http://www.fyctia.com/serie/20892/

Source: Externe

Chaque "like" ( le petit coeur), chaque partage, m'aidera à monter dans le concours (nous sommes plus de 90 à participer), et si cela arrive, à la fin, ces actions seront additionnées pour départager les histoires qui seront selectionnées pour le comité de lecture. chaque chapitre nécessite d'avoir un certain nombre de votes ( exponentiellement) pour débloquer le suivant. Alors, même si la new Romance n'est pas votre style, je serais heureuse que vous passiez lire, liker, partager, et même commenter mon histoire pour jeunette : "Un pasito palante MAria" merci!!!!

paillettes, fleurs et bonheur sur vous! ;)

Source: Externe

 

Voici donc NOTRE histoire à nous:

 

Atelier d'écriture ;

Partie 1

 

- Cessez de vous chamailler !

Maman était passablement énervée, elle l'est toujours quand on part en voyage, et elle ne supporte plus rien. Il faut dire que Cyril, mon frère aîné, ne cesse de m'embêter. Il me serine à l'oreille des bêtises sur notre lieu de destination, ce serait tante qui va nous accueillir pendant quelques semaines. Il vient justement de me dire qu'elle se nourrissait de mulots, et que c'était pour ça qu'elle avait des petits yeux aux reflets rouges.

Il m'énerve, ça ne peut pas être vrai, mais je n'ai que huit ans, je ne sais pas tout, et je déteste les souris. Il le sait ! Nos parents ne nous ont pas dit ou l'on allait. C'est une surprise. Moi, j'aime bien les surprises. Cyril, un peu moins. Quand je lui réponds, maman se fâche. Et ça non plus, je n'aime pas. Heureusement papa arrive, il a fini de faire embarquer Belle, notre labrador sable, en soute. Il n'y a pas eu moyen de faire autrement. J'ai pleuré toute la journée d'hier, mais c'était visiblement la seule solution. Du haut de ses seize ans, Cyril a fait l'indifférent, mais je sais qu'il n'en mène pas large. Je l'ai vu, la caresser et lui toucher sa truffe quand on lui ait donné le somnifère.

J'en frissonne, pauvre Belle, elle doit être inquiète dans cette grande soute, sans personne qu'elle connaît, avec tous les bruits qu'elle ne comprendra pas. C'est inhumain. Un jour, je serais Présidente de la France et je ferais changer cette loi stupide. Un chien, c'est pas une valise ! Il fait partie de la famille. Ma Belle chérie.... Je n'aime pas en être séparée. Elle est toujours avec moi, d'habitude. Mon cœur se serre, j'ai les larmes aux yeux.

Nous prenons enfin place dans l'avion. Cyril et moi, trépignons d'impatience, c'est un des rares moments où l'on peut regarder la télévision tranquille. A la maison, c'est assez rare. En avion, on peut voir un ou plusieurs films en entier. C'est vraiment super.

Je ne sais pas ou l'on va, mais les gens, dans l'appareil ont l'air heureux. Papa et maman nous bouchent les oreilles et nous n'entendons pas le pilote annoncer la destination et le temps de vol. Pendant que l'hôtesse nous mime les consignes de sécurité, Cyril se met à l'imiter en exagérant ses gestes, et nous nous mettons à pouffer et à ricaner. Maman, toujours nerveuse, nous somme d'arrêter.

  • - Si vous continuez ainsi, je vous sépare, l'un avec papa, l'autre avec moi, et basta ! Se fâche-t-elle.

  • - Mais maman, c'est Cyril qui....

  • - Arrêtez, tous les deux, et c'est tout !

    Elle nous donne à chacun un livre, acheté la veille au supermarché, espérant nous calmer, mais nous sommes très excités et nous ne tenons pas plus de quatre lignes avant de recommencer à discuter, à faire des paris sur la destination et à nous taquiner.

  • Nous sentons les vibrations s'intensifier, et enfin l'avion se met en branle. Lentement, puis de plus en plus vite, le bruit devient assourdissant, maman, quand à elle, est toute pâle. Soudain, toute la puissance de l'engin se fait sentir et nous sommes plaqués contre le dossier de nos fauteuils. De manière impressionnante, nous quittons le sol. C'est magique, un brin stressant, mais enivrant. Nous sommes dans le ciel ! J'aime cette idée. Je suis une fée, je vole ! C'est merveilleux ! Je pourrais avoir une jolie robe bleue, comme celle de la Belle au Bois Dormant, avec un diadème serti de diamants, et une baguette magique. Je parcours le monde pour venir en aide aux princesses les plus tristes, et aux animaux. Les animaux ne peuvent pas parler, ils ont besoin que quelqu'un s'occupent d'eux. Ils comprennent tout et sont si reconnaissants !

  • - C'est le film ! Me lance Cyril, ce qui me tire de ma rêverie.

    Nous plaçons nos casques et choisissons le Français comme langue, et attendons. Très vite, nous sommes captivés par une passionnante aventure d'un homme et d'une petite fille.

Je ne pense plus à rien, je suis absorbée par le film. Je n'essaie plus de deviner où nos parents ont décidé de nous emmener en vacances. Je pense juste à Belle, je croise les doigts pour qu'elle dorme jusqu'au bout du trajet. Il doit y avoir des turbulences car l'appareil a des a-coups, on est un peu malmenés je trouve. Ce pilote n'a pas l'air très fortiche, c'est fou ça.

Je relève la tête. Ma mère est tétanisée, les passagers semblent aussi inquiets, c'est bizarre. Je retire mon casque. Un silence religieux règne. Les hôtesses ne sont pas là. Je regarde partout, puis je me retourne pour demander à mon père ce qui se passe.

  • - Rien, Camille, ne bouge pas, reste tranquille.

  • - Tu te rappelles des consignes de sécurité ? Me questionne maman.

  • - Oui, bien sûr, répondis-je en me retenant de rire au souvenir de mon frère faisant le clown.

    Je me décide à reprendre ma place, mais je ressens un vif mouvement de mon estomac, comme sur les dos d'âne que papa fait exprès de prendre à vitesse normale . Les autres passagers crient. Je ne ris plus du tout. En un temps record, les hôtesses viennent vérifier nos ceintures de sécurité et passent apaiser les passagers comme maman, qui sont au bord de la syncope. Je me sens de plus en plus mal. Je regarde par le hublot, j'aperçois une grande étendue blanche et noire. Une plaine, un bois, une forêt peut-être, je ne sais pas, mais je la vois distinctement, trop distinctement. Le sol se rapproche inexorablement, j'ai peur. Ma mère veut venir vers nous mais l'hôtesse l'en empêche. Nous perdons visiblement de plus en plus d'altitude, la panique gagne tout l'appareil, les gens crient, pleurent, prient. Moi je suis incapable de réagir. Cyril est tétanisé, papa, nous regarde les yeux désespérés. Je pense à Belle. Mon Dieu, elle est en soute ! Elle est en danger. Les larmes me viennent. Je veux le dire à maman, mais elle ne m'écoute plus. Les cris continuent, et soudain, c'est le choc. Nous sommes projetés en avant, j'entends ma mère hurler, et puis plus rien.

 

J'ai mal à la tête, ma cage thoracique est en feu. J'ai froid. On ne bouge plus. J'ouvre péniblement les yeux pour découvrir un spectacle désolant. Ici et là, des personnes pleurent, gémissent, se déplacent en courant, allant les uns vers les autres. La carlingue est amochée, il y a des trous, il en manque sûrement une partie et il fait froid. A côté de moi, Cyril dort. Où alors ?.... je le secoue sans ménagement.

  • - Cyril ? Cyril ! Réveille-toi !

    A ma plus grande joie, il ouvre un œil, puis l'autre. Il me regarde un peu hébété, puis me sourit. Son sourire s'évanouit rapidement quand il comprend que nous venons de nous crasher. Nous nous retournons d'un même élan, et nous voyons nos parents remuer et reprendre conscience à leur tour. Nous pleurons de joie ! Détachant les ceintures, nous mêlons nos bras et nos larmes parmi les baisers et les mots tendres. Nous sommes en vie. Tous les quatre.

Par je ne sais quel miracle, il ne semble pas qu'il y ait de morts. Certaines personnes se font soigner. Les hôtesses distribuent des bandages et des compresses d'antiseptiques. Je le sais, je l'ai vu dans un téléfilm chez mon amie Clara. Ça se trouve dans les trousses de premiers secours. Nous restons là, ne sachant quelle allait être la suite. Ma mère pleure doucement, même si elle essaye de le cacher. Plus jamais elle ne voudra prendre l'avion. Moi non plus, d'ailleurs. Qu'allait-il advenir de nous, perdus au milieu de... nulle part ? Je regarde dehors, il y a une épaisse couche de neige. On ne voit rien que du blancs, des arbres enneigés. Même le ciel est blanc. On est pas rentrés !

 

J'avance péniblement dans la neige. Autour de, tout est désespérément blanc. J'ai laissé la relative chaleur des bras de mes parents pour partir à la recherche de Belle. J'ai cherché, en vain, le bel animal, autour l'avion. Soulagée, également, de ne pas la trouver parmi les débris qui noircissaient toute cette blancheur, et ce, malgré les protestations de mes parents, j'ai décidé de suivre sa trace. 
Quelle chance, ils avaient eu, d'ailleurs, de se trouver tous les quatre indemnes.
L'épais manteau de neige avait amorti l'épouvantable chute. 
Pour l'heure, je suivais des traces qui semblaient bien partir de l'avion éventré. Je marche... Le silence, était terriblement impressionnant. J'ai peur, mais je trouve cela tellement calme et serein. Autour de moi, d'immenses sapins majestueux, semblaient pencher leurs lourdes branches enneigées, avec bienveillance, vers moi, ce petit bout de femme qui avançait si courageusement dans cet univers trop blanc. Je ne suis pas une fée, je suis une princesse guerrière ! Je vais chercher la magicienne de la forêt pour qu'elle m'aide à sauver mon Royaume.
C'est alors, que je le vis! Il se tenait là, à quelques mètres. Une bête grise, énorme. Un loup, c'était un loup ! Un mâle certainement, tant sa tête était puissante, sa force rayonnante. Sans bouger d' une patte, il me fixait de ses grands yeux d'or, intenses et majestueux. Derrière lui, un peu retrait, trois petites boules, trois louveteaux, miniatures adorables de leur père... 
Ce ne fut qu'une brève apparition...Le superbe animal se détourna brusquement suivi de ses jeunes aux grands yeux étonnés, et ils s'éclipsèrent dans la pénombre de l'immense forêt devant laquelle je venais d'arriver.

 

Source: Externe

Posté par Lorainette à 10:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 janvier 2016

Voulez-vous jouer avec moi ?

J'avais dit que je ferais plus d'atricle car je tiens à ce blog.... j'y tiens, mais j'ai été happée par une activité créatrice différente de ce que je vous présente habituellement ici.

J'ai beaucoup hésité à en parler ici, mais bon.... je me lance.

Les réminiscences de mes interêts de jeunesse m'interrogent, le Reiki, m'a rappelé que j'ai déjà manipulé, plus jeune, le pendule, le tarot de MArseille ou l'oracle de Belline par exemple. Et puis j'écrivais. J'écrivais des histoires, de poèmes... jusqu'à la fac....

Et j'ai continué, dans une certaine mesure, j'inventais des histoires dans le peu de temps morts que j'avais ces dernières années ( depuis la naissance des P'tits machins qui crient, pleurent et se disputent et vous appellent mamaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan à longueur de temps), et souvent le soir, dans la douceur de la chaleur de la couette qui signifie ( presque) un temps de quiétude suffisant pour penser à soi.

Source: Externe

Mais je ne les inventais pas comme ça, en film qui défile, non, je cherchais les mots, les phrases... poussée par quelques copines trop mimi d'amour, je me suis mise à écrire, pour elles.... et donc le blog en a pâti.

Ce que je vous propose aujourd'hui c'est d'écrire ensemble une histoire. Vous suggérez, je mets en mots. Pour moi c'est un ecxercie, pour tous, un moment amusant.... je ne sais comment règlementer le "jeu" mais je trouverais. Ca dépendra de combien de personnes participeront.

La première chose dont j'ai besoin, c'est un style d'histoire (on va plutôt faire une nouvelle , ok?) Aventure, Amour, Chick Lite, loufoque.... à vous de me dire. Par contre je mets mon véto sur: Sénario catastrophe ( le volcan qui va entrer en irruption, l'accident ou les gens sont coincés dans un tunnel), les histoires de mères courage ( qui sont si malheureuses, mais qui trouvent, à la fin, un gentil chirurgien renommé internationalement qui opère GRATOS le môme si courageux et mature devant son problème) et tout ce qui touche la SF/Fantaisy ( je n'entre pas dedans, pourtant j'ai lu)

LA deuxième chose, c'est un lieu: France, USA, MExique ( bon pas trop bizarre, je vais pas pouvoir me documenter pendant des heures), une maison, une ville, campagne... comme vous voulez.

La Troisième: Un personnage: féminin, masculin, age... faites moi son CV.

Et un début: comment ça commence?

Source: Externe

Comment jouer? je ne sais pas, je pourrais dire Premier arrivé, premier servi, mais ce n'est pa sjuste. Une suggestion par personne? pas facile... alors dites moi comment vous verriez les choses, et pour ce premier pararagraphe/chapitre, je vais essayer de choisir ce qui me semble le plus porteur, pour ma prose et pour l'intérêt général

Alors à vos suggestions!

28 janvier 2016

Bonne Année!

Je sais, il est fort tard.

A vrai dire, j'ai tout préparé et puis  je me suis laissée emporter, comme souvent à cette période, par les impératifs. MAis, même si c'est dur, je réussis, cmme je le voulais, à grapiller du temps pour moi, et donc, forcémentil y a moins pour d'autres choses. Mais ces cartes partiront, foi de Rainette, avant le 30 JAnvier!!!!

 

Si quelques lecteurs subsistent par ici, à vous aussi, je vous souhaite le meilleur pour 2016, le meilleur de chaque petite et grande chose qui vous arrivera.

GROS BISOUS

 

voeux 2016

 

Cartes roses, stylo-colle et paillettes achetées au salon CSF 2015... :)

Posté par Lorainette à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]